Escapade: Washington

publié le 29.06.2009

 

Alors que le nouveau couple présidentiel affiche son goût pour les dîners en ville, les grands chefs de Washington s’inspirent des cuisines du monde pour proposer une gastronomie inventive et de haut niveau.

A la cafétéria du Sénat américain, la soupe de haricots figure quotidiennement au menu depuis 1901. La U. S. Senate Bean Soup est même si célèbre qu’elle est aujourd’hui proposée en boîte sur amazon.com. Son goût serait-il à ce point exceptionnel? Hum, pour rester diplomate, disons que si cette épaisse pitance à base de haricots blancs et de jambon à l’os était la seule spécialité que Washington D. C. aurait à offrir au nouveau président, il y a fort à parier que Barack Obama se bornerait vite aux légumes du potager que son épouse Michelle a fait aménager sur la pelouse de la Maison-Blanche.

La ville sort enfin de l’ombre de New York

Or, il se trouve que la famille Obama a emménagé dans une capitale qui recèle bien des joyaux culinaires. Simplement, personne ne s’en est vraiment rendu compte jusqu’ici. «Washington s’est toujours tenu à l’ombre de New York et de Los Angeles, en dépit du fait que nous disposons ici d’une gastronomie internationale florissante», explique José Andrés. Une floraison à laquelle cet Espagnol a contribué de manière décisive. En inaugurant le Jaleo, son premier restaurant à Washington, voilà quinze ans, l’homme a importé quasi en solitaire le concept de tapas aux Etats-Unis. Entre-temps, José Andrés règne sur un véritable empire, du restaurant mexicain Oyamel au Zaytinya, axé sur la cuisine orientale. «Je suis un conteur d’histoires, dit-il, je raconte l’histoire des pays et des peuples à travers leur gastronomie.» Au Minibar, sa nouvelle enseigne, c’est une histoire toute personnelle que José Andrés nous relate. Le soir, exactement six convives, pas un de plus, prennent place au bar, derrière lequel le chef et son équipe élaborent une succession festive de trentetrois plats. Pas étonnant que le Minibar affiche complet en permanence. Huîtres fumées aux baies de genièvre, barbe à papa au foie gras, bonbons à l’huile d’olive: «Ici, c’est José l’artiste qui s’exprime, commente le maître. Je donne carte blanche à ma fantaisie.»

Des inventions telles que le pop-corn au souffle de dragon, on en chercherait en vain sur la carte des deux restaurants de Michel Richard. Pourtant, tout est aussi affaire de créativité chez ce Français débordant d’esprit et de joie de vivre. Débarqué il y a plus de trente ans aux Etats-Unis pour ne jamais repartir, il est le doyen de la haute gastronomie de Washington. Au Citronelle, réputé pour être l’une des meilleures tables du pays et qui a récemment eu l’honneur d’une visite présidentielle, le chef prépare une cuisine française classique de haute volée. Au Central, le deuxième restaurant de Michel Richard, c’est son protégé Cédric Maupillier qui choie la clientèle avec une cuisine de bistrot tout aussi délicieuse, bien que plus légère côté addition. «Je veux que le client sente que chaque plat a été préparé tout spécialement pour lui, avec le plus grand soin», précise Michel Richard. Peu importe qu’il s’agisse d’un confit de pigeonneau ou d’un simple poulet frit sur sauce moutarde. Cédric Maupillier profite de la liberté que lui accorde son patron pour marier, par exemple, des cuisses de grenouille ultra-frenchy avec une sauce barbecue.

Un morceau d’Ethiopie en Amérique

«Les habitants de Washington sont des gourmets friands de dépaysement, se réjouit Henuk Tesfaye. De nombreux clients qui arrivent chez nous pour la première fois connaissent déjà la cuisine éthiopienne.» Il faut dire que Washington héberge l’une des plus importantes communautés éthiopiennes en dehors de l’Afrique et compte plus de restaurants éthiopiens que toute autre ville américaine. Henuk Tesfaye fait partie de l’équipe familiale de l’Etete. Le mot signifie «maman» en amharique. Et la maman en question, l’âme de ce petit restaurant intime situé dans Little Ethiopia, n’est autre que sa propre mère, Tiwaltengus Shenegelgne. «Elle a appris à cuisiner auprès de la famille royale d’Ethiopie, précise le fils. Avec mon frère, nous lui avons offert ce restaurant, car pour elle, il n’y a rien de plus beau que de nourrir les autres.» Tandis que le fiston parle, la mère cuisine. Et ce qu’elle prépare est si savoureux et authentique que son restaurant a été élu meilleure table éthiopienne de Washington par la critique et les gourmets. Sept jours par semaine – et personnellement, la plupart du temps – Etete sert à ses hôtes différentes sortes de viandes succulentes sur une grande crêpe appelée injera, y dépose de petites portions de légumes délicatement épicés, ajoute ici un filet de beurre fondu, là une cuillerée de crème acidulée maison.

Le roi du chocolat est natif de Calcutta

Jouer la carte internationale est un atout à Washington. Normal, dans une capitale qui accueille plus de 190 représentations diplomatiques et leurs bataillons de personnel étranger. Pas étonnant, non plus, que les dernières tendances – les bars à chocolat et les vinothèques – ne soient pas entièrement le fait d’autochtones. «Ce qui fait fureur en ce moment à Washington, c’est le chocolat», révèle Santosh Tiptur, du Co Co Sala. Ce chef pâtissier indien a appris le métier auprès d’un artisan suisse, dans les cuisines d’un hôtel de sa ville natale, Calcutta. Pourtant, ce n’est ni Lindt ni Suchard qui ont éveillé son amour pour les douceurs mais un caramel au chocolat d’origine britannique. «En Inde, ma famille m’envoyait souvent faire les courses, et ce bonbon était ma récompense», se souvient-il. Aujourd’hui dans le très chic Co Co Sala, dont l’ambiance se fait loungy en soirée, ce sont les autres qui se chargent des achats. Santosh Tiptur, lui, s’occupe des commandes: mangues fraîches pour les pralinés au lassi exotique ou lemon-grass pour le pudding de riz au chocolat. «Je veux montrer le chocolat dans toute sa diversité, tantôt dans une présentation familière, tantôt sous forme d’expérience gustative inédite.»

Du nouveau pour les papilles, c’est aussi ce que recherchent Diane Gross et Khalid Pitts au Cork Wine Bar. La spécificité de ce bar à vins est de proposer exclusivement des crus européens issus de petits domaines peu connus. Diane et Khalid sont tombés amoureux il y a plus de dix ans lors d’une dégustation de vins. Avec leur vinothèque, ils ont concrétisé un rêve: «Nous avons conçu cet endroit comme un lieu de rendez-vous pour les gens du quartier», explique Diane Gross. Or, entre-temps, les clients viennent même de Californie pour se laisser surprendre par la carte des vins. Et plus d’un fonctionnaire fédéral a trouvé le chemin de cet établissement à la fois rustique et convivial. «Les gens de l’administration d’Obama sont nettement plus portés sur les sorties que leurs prédécesseurs», observe Diane Gross. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que le boss et son épouse passent eux aussi siroter un verre.

Mentions du copyright

Texte: Sacha Verna, Photos: David Nicolas

Social Bookmarks

|

Recettes de Washington

Temps forts de voyage

Minibar by José Andrés

405 8th Street, NW

Tél. 202-393-0812, ma-sa à partir de 18 h. Trente-trois miniplats pour exactement six convives, préparés à la minute par le maître en personne. Une expérience culinaire unique. Prix: élevés

Visiter la page »

Jaleo

408 7th Street, NW

Tél. 202-628-7949, di/lu 11 h 30-22 h, ma-je 11 h 30-23 h 30, ve/sa de 11 h 30 à minuit. Bar à tapas. Par beau temps, on peut aussi s’attabler à l’extérieur. Prix: moyens

Visiter la page »

Central Michel Richard

1001 Pennsylvania Avenue, NW

Tél. 202-626-0015, à midi lu-ve 11 h 45-14 h 30, le soir lu-je 17 h-22 h 30, ve/sa jusqu’à 23 h, di jusqu’à 21 h 30. Cuisine de bistrot aux accents américano-internationaux. Elu meilleur nouveau restaurant du pays en 2008. Prix: moyens

Citronelle

3000 M Street, NW

Tél. 202-625-2150. Haute cuisine française avec tout le décorum. L’une des tables les plus «top» des Etats-Unis. Prix: élevés

Visiter la page »

Co Co Sala

929 F Street, NW

Tél. 202-347-4265, à midi lu-ve 11 h-15 h 30, di jusqu’à 15 h, le soir lu-me 17 h-21 h 30, je jusqu’à 22 h, ve/sa jusqu’à 23 h 30. De tous les «bars à chocolat» ouverts récemment, voilà le plus original. Propose non seulement des truffes et des pralinés maison, mais aussi des menus à plusieurs plats entièrement sucrés, ainsi que de petites salades et d’autres mets salés raffinés. Prix: bon marché

Visiter la page »

Etete

1942 9th Street, NW

Tél. 202-232-7600, tous les jours 11 h-1 h. Tiwaltengus Shenegelgne – Etete («maman») pour les intimes – fait partager son amour de la cuisine éthiopienne. Avec succès, puisque jamais personne ne quitte ce restaurant familial l’estomac vide! Prix: très bon marché

Visiter la page »

Cork Wine Bar

1720 14th Street, NW

Tél. 202-265-2675, di/ma/me 17 h-24 h, je-sa jusqu’à 1 h. Les connaisseurs et les buveurs de limonade se sentent pareillement à l’aise dans cette vinothèque à l’ambiance décontractée. On s’y laisse tenter par des nectars peu connus tout en grignotant des amuse-bouche assortis à la carte des vins. Prix: bon marché

Visiter la page »

Ben’s Chili Bowl

1213 U Street, NW

Tél. 202-667-0909, lu-je 6 h-2 h, ve 6 h-4 h, sa 7 h-4 h, di 11 h-23 h. Un diner qui attire moins par son offre culinaire que par son caractère historique. Surtout depuis que Barack Obama s’y est fait photographier avec le maire de la ville. Prix: très bon marché

Visiter la page »

Hook

3241 M Street, NW

Tél. 202-625-4488, à midi ma-ve 11 h 30-14 h 30, sa/di 11 h-17 h, le soir di-ma 17 h-22 h, me-sa jusqu’à 23 h. Adresse impeccable, spécialisée dans les produits de la mer. Le poisson provient exclusivement d’espèces non menacées. Dans le vieux quartier de Georgetown, où l’on n’oubliera pas de visiter la Old Stone House, la plus ancienne maison de la ville, construite en 1765. Prix: bon marché

Visiter la page »

Eastern Market

306 7th Street, SE

Sa/di 7 h-16 h, Fruits et légumes, artisanat (céramique, bijoux, etc.), marché aux puces.

Marvelous Market

303 7th Street, SE

Tél. 202-544-7127, et autres adresses en ville et dans les environs. La plus réputée de toutes les épiceriesfines de Washington, idéale pour se ravitailler en salades et sandwichs frais.

Visiter la page »

Red Velvet

675 E Street, NW

Tél. 202-347-7895. Ravissants cupcakes qui remportent la palme lors de tout concours de dégustation et de beauté.

Visiter la page »

The Capital Hilton

1001 16th Street, NW

Tél. 202-393-1000. Chambre à partir de 250 dollars. Réservations également possibles via Hotelplan, www.hotelplan.ch, Tél. 043 211 88 85. A moins de cinq minutes à pied de la Maison-Blanche et du National Mall avec ses nombreux monuments et musées. Situation idéale pour explorer le reste de la ville également.

Visiter la page »